Actualités

SERD : l'industrie textile, un secteur polluant à chaque étape

Vêtements

La production de vêtements a plus que doublé entre 2000 et 2020, pour atteindre plus de 130 milliards de vêtements consommés chaque année ! L’impact environnemental est énorme et concerne a peu près toutes les étapes de la vie d’un vêtement : de la production des matières premières à son recyclage jusqu’à son élimination en fin de vie.

Cette année, du 19 au 27 novembre 2022, la SERD (Semaine européenne de réduction des déchets) s’engage pour un secteur textile circulaire et responsable. 

Un mode de production polluant à tous les niveaux ! 

actu SERD

La production de matières premières 

  • Les matières synthétiques : 

Le polyester, qui est la matière synthétique la plus utilisée par le secteur du textile, est également très polluant : pour produire 1kg de polyester, il faut 1.5kg de pétrole. 

  • Les matières végétales : Production des matières premières

1/4 des fibres textiles produites dans le monde sont issues du coton. La culture de cette plante est néfaste pour l’environnement. En effet, celle-ci demande une quantité importante d’engrais chimiques, de pesticides et d’eau.

Selon l’ADEME (Agence française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), l’industrie textile est le troisième secteur le plus consommateur d’eau dans le monde après la culture du blé et du riz. La production de textile utilise ainsi 4% de l’eau potable disponible dans le monde

  • Les matières animales :

L’utilisation de la soie, la laine, la fourrure et le cuir favorise les élevages intensifs (cause de déforestation et de pollution des sols) et la maltraitance animale.

 

La transformation des matières premières 

Transformation des matières premières

Lors de la transformation des matières premières, les industriels utilisent une grande quantité de substances chimiques. Cet usage inconsidéré de produits toxiques est l’une des causes principales de la pollution des eaux par l’industrie textile. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le transport

Transport des vêtements

Par souci de rentabilité, les firmes multinationales externalisent depuis des années leur production dans les pays du Sud. On considère que du champ de coton au magasin, un jean peut parcourir jusqu’à 65 000 km, soit une fois et demie le tour de la Terre.

En chiffres, la fabrication et le transport des produits et accessoires fabriqués par l’industrie textile génèrent environ 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre. Des émissions polluantes qui équivalent à celles du trafic aérien et maritime mondial.

 

 

 

 

L’entretien des vêtements 

Entretien _ lavage_séchage du vêtementToujours selon l’ADEME, la majorité des impacts environnementaux de nos vêtements découle de leur entretien (lavage et séchage). Chaque année, 500 000 tonnes de microparticules* de plastiques non biodégradables se retrouvent ainsi dans les océans, soit l’équivalent de 50 milliards de bouteilles en plastique.*

*Trop petites pour être capturées dans les stations d’épuration

 

 

 

 

 

 

L’élimination et le recyclage des vêtements

Elimination et recyclage du vêtementLe constat fait froid dans le dos : l’équivalent d’un petit conteneur de vêtements est jeté chaque seconde dans le monde. Rien qu’en Europe, c’est plus de 4 millions de tonnes de déchets vestimentaires qui finissent chaque année à la poubelle. Quand on sait que près de 70% des vêtements contenus dans notre garde-robe ne sont pas portés, on prend la pleine mesure de ce gâchis.

Pour que les prix en magasins restent relativement bas, les grands groupes internationaux doivent produire leurs vêtements en masse. Cette production engendre des invendus qui sont stockés à grands frais. Et pour éviter ces coûts induits, les industriels n’hésitent pas à recourir à l’incinération de leurs invendus.

Un recyclage mal maîtrisé

Vous pouvez réduire le volume de déchets en donnant une seconde vie aux vêtements que vous ne portez plus: ils peuvent être vendus en seconde main, donnés ou encore être déposés dans de petits conteneurs ou des bulles conçues pour les collecter. 

Cependant, à l’échelle planétaire, la surabondance de vêtements commence à poser des problèmes en matière de recyclage. Plus de 15 millions des vêtements déposés dans les conteneurs à textiles sont ainsi acheminés chaque semaine (par bateau) au Ghana. Ce pays d’Afrique de l’Ouest est devenu, en l’espace de quelques années, une énorme plaque tournante de vêtements de seconde main. Et si une partie de ces vêtements trouve preneur sur place, près de la moitié finissent dans des décharges à ciel ouvert ou dans l’océan.

Comment faire un shopping éco-responsable ? 

BEP_SERD_PollutionVêtements

Une question une demande ?
Contactez-nous !

Les champs marqués d'un * sont requis.

Pour une réclamation ou une plainte concernant les collectes ou les recyparcs, merci de remplir ce formulaire de réclamation

 

Vous pouvez à tout moment retirer votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire. Pour plus d'informations sur la gestion de vos données et pour connaitre et exercer vos droits, veuillez consulter notre charte vie privée.