Naninne : acide picrique découvert au recyparc

Dernièrement, nous avons été contraints de fermer le parc à conteneurs de Naninne après y avoir découvert de l’acide picrique. Une équipe de démineurs a été appelée pour évacuer le contenant.

Une opération sans danger

Trois à quatre fois par an, BEP Environnement doit fermer un recyparc suite à la découverte de ce genre de substances. Souvent, ces substances sont déposées à l’insu des préposés et sans que l’usager ait connaissance de la dangerosité du produit.

L’opération a été réglée en quelques minutes par les services de déminage qui ont jugé l’intervention sans danger mais la procédure d’urgence (fermeture du recyparc) est obligatoire.

Qu’est-ce que l’acide picrique ?

Si l’acide picrique était utilisé pour de nombreux usages quotidiens, il est maintenant plus rare. Sous forme liquide, il n’est pas dangereux et on le retrouve encore parfois dans des laboratoires d’écoles ou en pharmacie, entre autres. Mais il est aussi potentiellement explosif : avec le temps, l’acide picrique se cristallise et devient explosif.  Il devient alors sensible aux chocs et aux frictions. Il ne faut pas secouer ni ouvrir les bouteilles.

Que faire ?

Pour éviter ce genre de désagréments, il vous est recommandé de vous renseigner sur la nature des substances que vous allez ramener au recyparc et, le cas échéant, vous orienter vers un autre lieu de dépôt (en l’occurrence, si vous trouvez de l’acide picrique, vous devez avertir la police). Sur place, adressez-vous toujours aux préposés pour le dépôt des déchets spéciaux des ménages (déchets dits « dangereux »). Ils sont formés à reconnaître et manipuler ces déchets avec les précautions d’usages.

Une question une demande ?
Contactez-nous !