Le printemps arrive !

Le 1er mars, c’est le premier jour du printemps météorologique. Pour les jardiniers, il est déjà temps de penser aux semis sous châssis, aux divisions de vivaces et aux premières plantations. Et pour beaucoup de ces travaux, vous aurez besoin de compost !

Compost ou terreau ? 

Avant toute chose, notez bien la différence fondamentale entre le compost et le terreau. Le compost doit être utilisé, la plupart du temps, en mélange avec de la terre car il est riche en nutriments, ce qui est très intéressant pour la croissance des plantes mais en contact direct avec les radicelles, il risquerait de les « brûler ». Ce faisant, le compost est bien meilleur marché que le terreau prêt à l’emploi ou d’autres engrais chimiques et c’est un vrai bon plan pour les amateurs de circuits courts et d’achats en vrac.

D’où vient le compost ?

BEP Environnement transforme les déchets verts (branchages, feuilles mortes, tontes de pelouse…) provenant des recyparcs sur son propre site de compostage de Naninne.

Le processus de compostage dure en moyenne 10 semaines durant lesquelles des contrôles sont effectués pour maîtriser humidité, oxygène et température, 3 paramètres essentiels.

A la fin du processus, le compost est affiné et stocké puis analysé par un laboratoire agréé indépendant. Grâce à ce suivi « qualité », le compost répond aux normes strictes du Service fédéral de la santé publique.

Où se procurer du compost  ?

Vous pouvez vous rendre au recyparc pour acheter du compost (en sacs ou en vrac) ou directement au centre de compostage.

Pour connaître les tarifs et les modalités d’enlèvement, consultez la page relative aux recyparcs.

Faire son compost

Mais si on parle de « zéro déchet », le mieux est encore de produire soi-même son compost. Pour vous y aider, les intercommunales ont réalisé une brochure qui s’intitule « Mon pote, le compost ». En 24 pages joliment illustrées, vous y découvrirez les trucs et astuces pour réussir votre compost :

  • les règles d’or du compost : c’est-à-dire, l’équilibre entre les matières « brunes et sèches » et les matières « vertes et humides », le besoin en eau et l’aération ;
  • quels déchets mettre ou ne pas mettre au compost ;
  • quelles précautions prendre avec certains déchets particuliers (comme faire tremper les plantes en graines plusieurs jours dans un seau d’eau pour les rendre inactives) ;
  • les techniques de compostage conseillées en fonction de la taille de votre jardin ;
  • les différentes étapes expliquées pas à pas ;
  • les solutions aux problèmes les plus fréquents comme une mauvaise odeur ou le développement de filaments blancs ;
  • une synthèse de la technique de la vermicompostière ;
  • et enfin comment utiliser le compost au jardin en fonction du type de travaux : au potager pour la plantation d’arbustes, la création de jardinières, l’entretien de la pelouse…

Cette brochure qui a bénéficié de la relecture technique du comité Jean Pain est disponible sur demande auprès de votre intercommunale ou téléchargeable sur le site web.

ECOUTEZ LA SÉQUENCE ALLER-RETOUR SUR VIVACITÉ

Une question une demande ?
Contactez-nous !