Le coût-vérité, c’est quoi exactement ?

Les Intercommunales de gestion des déchets travaillent chaque jour pour maîtriser les coûts liés à leurs activités afin qu’ils restent supportables pour les citoyens, mais elles veillent aussi avec beaucoup d’attention à la qualité des services offerts et à la performance environnementale.

En moyenne, à l’échelle de la Wallonie, la gestion des déchets ménagers représente un peu plus d’1 € par semaine et par personne*. Certes, cela reste un effort financier que chacun doit supporter mais, sachant que l’on dépense en moyenne 8 fois plus en services téléphoniques, utiles mais moins « vitaux », est-ce vraiment trop cher payé pour préserver notre environnement ?

*(Source : données enquête stabel 2018)

Savez-vous ce qui est englobé dans la taxe déchet ?

Cette taxe comprend 4 postes :

  • Les frais de fonctionnement des recyparcs (frais liés aux infrastructures, au transport et au traitement des déchets qui y sont repris)
  • Les collectes en porte-à-porte (frais de charroi et de personnel,)
  • La biométhanisation* des déchets organiques et la valorisation énergétique des déchets résiduels (coûts liés au fonctionnement des installations)
  • Les actions de prévention et frais de fonctionnement des intercommunales.

*(la biométhanisation c’est un processus biologique qui produit de l’énergie et du fertilisant, en gros ce processus transforme et valorise vos déchets organiques).

Ces coûts sont partiellement couverts par des recettes issues de la revente de certaines matières ou encore de la vente des sacs de collecte et de l’électricité produite par les unités de valorisation énergétique et enfin, des subsides.

Les dépenses restent nettement supérieures aux recettes, la gestion des déchets ménagers représente donc un coût. En Wallonie, il est obligatoire de répercuter le coût aux bénéficiaires, à savoir, les citoyens et cela au travers de la taxe déchets, c’est le fameux  « coût-vérité ».

Un pas plus loin dans l’explication ?

D’où provient le financement de la gestion des déchets ménagers ?

De 3 sources principales :

  • 72% via les communes et donc, les citoyens, via la taxe communale calculée de façon à viser la couverture juste et complète des frais réclamés aux communes, c’est le principe du « coût-vérité ». Cette part se divise en deux : une part forfaitaire payée à la commune et qui englobe les frais fixes, son montant dépend du nombre de personnes composant le ménage.  Et une part variable qui se veut incitative et dépend des quantités de déchets que vous produisez (au travers des sacs payants ou conteneurs à puce).
  • 10 % provenant de subsides régionaux.
  • Le solde provenant de l’intervention d’organismes tels que FostPlus, Recupel, etc pour certains déchets comme les emballages, les DEEE.

ECOUTEZ LA SEQUENCE DE VIVACITE

Si vous voulez aller plus loin, les intercommunales wallonnes de gestion des déchets vous proposent leur magazine antigaspi & antidéchets – le magde.be – ainsi que leur page Facebook.

 

 

Une question une demande ?
Contactez-nous !